Un boludo en Buenos Aires

Publié le par Dubitatif

J´avais bcp lu sur Buenos Aires avant d´y atterir: "la perle de l´Amerique du Sud", "la belle" ou bien encore "l´élegante"...
Et bien, voilá, j´y suis, et c´est tout ce que l´on m´a dit...et bien plus encore!
 
La ville est immense (plus de 10 millions d´habitants) et je n´y ai passé que deux jours, autant dire que j´ai peu (rien) vu et ne délivre ici que des impressions superficielles d´un touriste de passage...Soyez tolérant ceux qui connaissent cette ville mieux que moi!
 
Ville complexe, creuset culturel reprenant les grands traits communs aux mégalopoles sudaméricaines mais avec une influence européenne certaine dans l´architecture, les habitudes, la culture.
Les gens ici sont incroyablement beaux (les argentines, c´est l´hallu!), cela saute au visage! Ils semblent dignes, arborant une fierté tranquille, loin d´être supérieure, qui les rend séduisant et charmant.
L´ambiance est à la fête, à la célébration de la vie, à l´acceuil chaleureux, à la passion qui confine parfois à l´éxagération (les déïfications de Maradona ou de Gardel -"inventeur du tango"- y sont bien réelles!) et, cela mérite mention après plusieurs mois au Chili, à la gastronomie (la supériorité de la viande argentine n´est pas un mythe; elle se coupe quasiment à la fourchette!).
Cette envie de vivre est tangible qd on déambule dans les rues (se poser à un café de la place Serrano en soirée est un régal pr les yeux et l´esprit), un peu comme l´est le dynamisme new yorkais à Manhattan...
 
Evidemment, il est plus facile pr moi, européen nanti, de profiter des avantages de la ville (et Dieu sait qu´il y en a!). Tout n´est pas ausi rose pr tous: le trajet de l´aéroport au centre ville montre un envers du décor, fait de barres HLM délabrées, habitées par les "basureros" et autres pauvres aux profesions inventées pdt la crise des années 90´s.
 
Néanmoins, le peu que j´ai vu de cette ville m´a fait fantasmer, cela m´a semblait être la ville de la beauté (je me répète mais il faut vous en convaincre!), de l´élegance, de la grandeur latine telle que je l´imaginais avant d´arriver sur ce continent, elle m´est apparu comme un lieu de vie sincère, de fêtes et de sensualité où j´ai hâte de revenir pr une plus longue période...
 
 
ps: basurero= enfant ou adulte qui raque les poubelles et décharges de la ville afin de rassembler plastique, papiers ou cartons qu´ils revendent pour recyclage (2pesos les 10kg de plastique par ex, soit 0.6 dollar!). On voit ainsi passer, la nuit surtout, des gamins arnachés comme des mules à des immenses chariots (7 à 10 mètres cubes!) qu´il tracte jusqu´au centre de recyclage local...On se sent bien mal et coupable à les voir passer couvert de sueur et s´arrêter tous les 10m pr se reposer...

Publié dans Vagabond

Commenter cet article

gabs 03/01/2008 11:47

ca fait plaisir de savoir que certains continuent leur périple ! le brésil bientot non ? la bise de l'année nouvelle