Calcutta voit rouge!

Publié le par hen

Dimanche dernier, plusieurs centaines de milliers de villageois du Bengale se sont rendus à Calcutta à l'occasion du rassemblement de la Brigade. Le rassemblement organisé par la CPIM ou CPM (Parti Communiste Marxiste d’Inde) n'a pas été bien encadré et a généré des problèmes de circulation et de propreté. Lors de son discours, le chef du parti au pouvoir a répondu à l'ultimatum lancé par le Trinamul.


Le samedi 9 au soir, le célèbre joueur de sitar Ravi Shankar et sa fille Anoushka donnaient un concert au stade Netaji. Au lieu de débuter le concert à 18H30, les organisateurs ont été contraints de le repousser d'une heure, afin de permettre aux spectateurs, retenus dans les embouteillages du second pont d'Hooghly, de gagner le lieu du concert à pied. La circulation a en effet été interrompue jusque tard dans la soirée pour permettre la préparation de la Brigade Parade Ground organisée par le CPM (au pouvoir depuis 32 ans au Bengale Occidental) et quelques autres partis formant le Front de Gauche.

Le lendemain, dimanche 8 février, de nombreuses artères principales de la ville ont été coupées. Seulement 10% des bus et auto-rickshaws était en service, les transports en commun ayant pour la plupart été réquisitionnés par le CPM à l'occasion du sommet du front de la gauche. Des centaines de milliers de personnes submergeaient submergés les avenues. Les drapeaux rouges arborant faucille et marteau flottaient dans toute la ville, brandis par les cadres du parti et par la foule, affichés sur les jeeps et 4x4, bus et rickshaws, plantés dans les parcs et accrochés aux barrières de sécurité. Des groupes s'installaient dans les parcs et autres lieux pour cuisiner du riz, laissant derrière eux des tas de détritus. Dans les embouteillages ou parmi ceux qui s'entassent dans les rares bus opérationnels, on s'interrogeait l'un l'autre pour tenter de prévoir l'étendue et la durée des encombrements.

En prévision des élections du Lok Sabha à venir (élections parlementaires), le front de gauche a réussi à mobiliser environ 600 000 personnes, selon le Hindustan Times, venant essentiellement des villages du Bengale. Le CPM a offert le trajet jusqu'à Calcutta à la plupart des militants, et de nombreux villageois peu intéressés par les discours en ont profité pour faire un peu de tourisme en ville. Le Victoria Memorial et le zoo ont d’ailleurs enregistré des taux de fréquentation particulièrement élevés.

Grâce à cette Brigade Parade Ground, le parti marxiste espère rassembler ses électeurs contre le BJP et surtout le Trinamul, parti radical du Congrès. La dirigeante du Trinamul, Mamata Banerjee, a lancé un ultimatum de 7 jours, menaçant le CPIM de devoir faire face à de « lourdes conséquences » s’il ne restitue pas aux agriculteurs 400 des 997 acres de terres fertiles réquisitionnées à Singur. Tata avait acheté ce terrain pour y créer un site de production de la Nano, avant de décider de quitter la région du Bengale Occidental. Buddhadeb Bhattacharjee, chef du CPM, a donc axé son discours sur cette affaire en dénonçant l'attitude "anti-progrès" de Banerjee. Partant de l'idée que le développement économique du Bengale ne peut être uniquement fondé sur l'agriculture, il a réaffirmé la décision du parti de ne pas restituer les terres et de les destiner à un futur centre industriel de chimie.

Les dirigeants du Trinamul comme du CPM camperont certainement sur leur position jusqu'auboutistes, condamnant Calcutta et la région à de nouvelles Bandhs - grèves - très prochaines sans que ni les fermiers spoliés ni les investisseurs découragés ne trouvent satisfaction.

Publié dans Société

Commenter cet article