Plaisir sous la douche

Publié le par Henopadyay

Une demi-heure que j'attends. La faim m'assomme, mais si je sors diner maintenant, je reviendrai trop tard. Je dois tenir...

Enfin, le jeune réceptionniste frappe à la porte. J'ouvre et il me présente ce grand seau d'eau fumante accompagné de son petit broc en plastique qui dérive à la surface. La récompense.

 

Dans la bien nommée pièce d'eau - puisqu'en l'absence de bac de douche, on ne peut qu'asperger l'ensemble de la pièce, de la porte aux WC - j'ajoute la juste dose d'eau froide pour m'assurer une douche chaude et prolongée. Je puise avec le broc au fond du seau et reverse son contenu dans le seau en levant haut le bras, à la manière du Chaiwalla (vendeur de thé) pour que la température soit homogène.

 

Chaque broc d'eau chaude versé est un véritable plaisir, pourvu que le temps soit un peu frais. Comme les premières secondes qui suivent l'ouverture du robinet d'eau chaude d'une douche, un frisson sensuel saisit le corps. Mais avec le broc, c'est la première fois jusqu'à la dernière goutte. Au contraire la douche, ou pire le bain, est un plaisir qui s'essouffle vite : on tente de rester dans l'eau, on force la dose même en rajoutant de l'eau chaude pour retrouver la sensation première, mais rien y fait. Pire, la peau se ramollit, se flétrit et on en ressort fatigué et étourdi.

Publié dans Dubitatif

Commenter cet article