Welcome to the jungle !

Publié le par gabo

Parmi tout ce que nous entreprenons, les trajets revetent une dimension bien particuliere, reveillant et melangeant simultanement une certaine aprehension, de l'excitation, de l'assurance, de la tranquilite, un sentiment d'insecurite... tout est confu ! La gestion de l'inconnu n'est pas si facile.

Apres 6 jours  lagundri, nous avons quitte son "confort et sa facilite" pour nous rendre a Afulu, petit village de la cote ouest de l'ile. Nous sommes desormais les deux seuls blancs, et aussi les deux seuls surfeurs... La vague de Lagundri etait pourtant magnifique, entre 1m et 2m, jour et nuit, avec un vent offshore en permanence qui creusait les vagues a la perfection...mais la 20aine de surfeurs dans le village est devenue de trop pour nous. Nous en avons bien profite, en 6 jours on a du prendre l'equivalent de deux etes en France ! J'y ai eu mon premier tube et Benito a travaille machinalement ses rollers... et meme si en etant a l'eau a 6 heures du mat' on pouvait surfer tranquille avec trois-quatre types, ce n'etait pas suffisant ! On voulait notre vague, rien que pour nous... et on l'a bien trouve ! Une gauche parfaite, bien longue, assez dangereuse a l'inside et sur la fin... rien que pour nous !

Ahmid, l'algerien de notre losmen nous a donne des infos plus ou moins precises pour nous rendre a Afulu, et nous voila donc a nouveau sur la route... On a rebrousse chemin vers Gunung Sitoli (ville principale de l'ile), en micro bus, bien entasses comme d'habitude avec des indonesiens ramasses sur le chemin. Dans toutes les conversations que nous avons eues a propos d'Afulu, ce petit village isole deserte des rares occidentaux depuis le tremblement de terre, l'idee principale qui emergeait etait toujours la meme : '" faites attention la bas, les gens et la nourriture sont bizares..." On essayait de comprendre pourquoi tout etait bizarre et de quoi il faudrait nous mefier,  mais on en a jamais su davantage. Les gens d'Afulu sont selon certains Gunung sitoliens bizares, un point c'est tout... pas tres rassurant pour un debut ! Changement de micro bus a Gunung sitoli pour Lahewa, village au nord de l'ile. La distance entre ces deux villes n'est pas bien grande, mais les routes sont dans un tel etat de delabrement que le moindre trajet dure de longues heures... Depuis notre depart de Lagundri tout a ete prevu : on nous passe de mains en mains, de cousins en cousins... les uns se chargent de notre logement, d'autres de notre transport... notre argent reste dans leur reseau ! Nous avons vraiment pris conscience de l'isolement qui nous attendait a Afulu lorsque nous sommes arrives a Lahewa et que nous avons negocie notre transport pour le lendemain et prepare les engins : une moto et un chauffeur pour chacun et une moto supplementaire pour nos planches de surfs, qui une fois bien ficelees sur des planches, donnait a notre convoi un caractere bien exceptionnel ! A sept heures du matin, et apres une secousse sismique pendant notre nuit, nous avons quitte Lahewa par l'unique voie possible : un chemin plus ou loins large, longeant les villages, serpentant au milieu du vegetation luxuriante... welcome to the jungle !

On croise des dizaines de petits ecoliers en unifome qui s'arretent et nous regardent ebahis. Les plus temeraires lachent des "Hello mister !", repris de vive voix par les plus timides... Notre convoi est l'attraction du matin, nous sommes meticuleusement scrutes par les enfants comme par les plus vieux. Les expressions du visage different : des grands sourires auxquels nous repondons avec soin, de l'etonnement, de la mefiance... certains sont impassibles, d'autres nous accordent un salut amical. Ce n'est pas evident de s'imaginer l'acceuil qui nous sera reserve a Afulu... Serons nous les bienvenus ? Quoi qu'il en soit nous conservons notre sourire, esperant que celui ci traduira nos bonnes intentions.

Voila maintenant trois jours que nous sommes arrives et l'apprehension que nous avions s'est bien estompee. Nous sommes ici comme des princes, loges dans la maison la plus chic du village, tout le monde est aux petits soins. Chaque jour, Benito prete une planche a un type qui vient s'essayer au surf, plus par plaisir de nous accompagner que par reelle motivation pour la glisse. Nous avons dix minutes de marche pour nous rendre a la plage et a notre passage les petits nous lancent des "hello mister" de tous les cotes. Avec ma taille, j'ai herite du surnom "mister long" et je suis le number one du badminton, car le soir venu une des occupations principales est le badminton sur le terrain eclaire a l'aide d'un groupe electrogene.

Encore une dizaine de jours ici, puis nous descendrons a Bali dans la jungle humaine... On passe d'une jungle a l'autre, l'essentiel etant de ne pas se perdre !

 

 

 

 

(je publie ces articles sur le blog depuis Bali... on est arrive hier, tout va bien, je donnerai un peu plus de news plus tard ! Papa, Mama, pas de stress, j'ai tout ce qu'il me faut et le tsunami de la semaine passee ne pas encore emporte !)

Publié dans Boardculture

Commenter cet article

maria 01/08/2006 18:09

Coucou Gab !
On est dans un cyber café à Monta, avec papa et mama, et on est très content de te lire et d'avoir de tes nouvelles !
Profites bien de cette expérience et prends bien soin de toi !!!
On a une belle place au GCU et tout va bien ... J'ai eu le droit à une nouvelle planche de surf toute neuve pour mon brevet "Bic performer" et j'attend que la l'océan se calme un peu car c'est pas facile quand on débute !!!
Allez a+
Papa, Mama et Maria