Old Fashion Roulette

Publié le par Dubitatif

 

C'est mon premier soir à Vegas. A peine debarqué de l'avion, je retrouve mon pote Tom à son hotel et après des retrouvailles chaleureuses, nous poursuivons nos élucubrations au restaurant Gabi du PARIS, profitant chaque quart d'heure du spectacle des fontaines détonantes du BELLAGIO, en face.

Après le diner, vint l'instant des premiers bets dans le casino... La sainte croisade du Valet Noir puis le mythe de l'ascension de la montagne de jeton sur le 21 à la roulette naissent ce soir là....

 

C'est à la roulette d'ailleurs que nous sommes maintenant installés, deplaçant nos jetons vers l'échequier de numéros à chaque lancer de bille.

Tom mise une ou deux centaines de dollars sur certains coups ce qui impose déjà le respect à la table (je ne dépasse jamais les 50$ en comparaison).

Arrive alors à notre table un américain soixantenaire et ventripotent, le cheveu épars, la démarche mal assurée, l'air un peu absent.

Il glisse négligement un jeton vert sur le tapis. La croupière lance la bille, la roue tourne, Tom et moi finalisons nos combinaisons scientifiques de jetons...

 

"Faites vos jeux..."

 

J'examine alors la grille plus globalement, avec un peu de recul, satisfait de mes positions. Je bloque soudain sur le jeton de notre parieur, un gros chip de 5.000$$$$ sur la couleur noire...

J'ecarquille les yeux, Tom marque la meme surprise que moi... Silence à la table si ce n'est le tintement de la bille qui tressaute sur les cases numérotées...

 

"No more bets!"

 

Après un ultime rebond, la bille s'arrète sur le 31...noir.

 

Emotion curieuse... Mon esprit s'enivre subitement de pensées malsaines, teintées d'envie, de cupidité, de convoitise viciée.

L'adrénalyne du suspense, l'inavouable fascination glamour, les rèves de fortune facile, le panache du joueur, le défi lancé au Hasard, je ressens tout ce qui vaut au jeu sa sulfureuse réputation.

Je comprend le concept d'"enfer du jeu" quand je me rends compte que j'éprouve de l'envie pour ce vieux brinque-balant, je veux étre lui, ou plutot, je veux qu'il m'arrive la méme chose...

Si seulement j'avais pu penser comme lui au moins cette fois... Et si je mettais tout mon argent sur une couleur et que ca marchait... J'ai vu que c'était possible... Tous les coups perdus précédemment sont oubliés... La prochaine, j'envoie plus gros... Héhé...

Ma tète bouillonne... C'est peut-étre la folie du jeu..? En une dizaine de secondes, ce gars a gagné plus que ce que je dépenserai pendant ce mois de vacances... J'en reste troublé...


Le croupier ratisse mes jetons (le 31 n'est pas un de mes chiffres) puis double la mise de mon voisin. Impassible, celui-ci ramasse sans hate ses deux jetons.

POURQUOI C'ETAIT PAS MOOOUUUUUAAAAAAA???

Je lui en veux de ne pas exulter, de sembler si indiffèrent à ce gain, si supérieur... Ceci dit, je lui en aurais très certainement aussi voulu de m'imposer une joie plus bruyante...

 

Malgré tout euphorisé par cette scène, je repars dans mes combinaisons numériques savantes, en concertation avec Tom... sous l'oeil du vieux qui reste en retrait et passe un tour...

Je reperds...

 

La mise d'après, le voilà qui lance 5.000$ sur la méme couleur... La bille est dans la centrifugeuse... “Rien ne va plus”...

Boom, il regagne et double son vert à nouveau!

C'est la folie..! Il n'y a plus alors de raison, de logique, de limite... Juste l'envie de chatter comme ce fennec...

 

“Welcome to Vegas” me murmure Tom à l'oreille...

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

lau 29/07/2009 12:58

Ju à Vegas, ca va etre le carnage!Y a un film nanar que je n'ai pas vu, mais qui pourrait inspirer : Hangover.Mise pas tout, gardes en pour tes vacs en Inde!Bise