The deer incident

Publié le par Dubitatif

Nous reprenons la route après 48h à Sonoma Valley, noyée dans le vin et le soleil. Nous contournons la baie de San Francisco par le singulier et zigzaguant Richmond bridge. Nous nous impatientons ensuite dans les embouteillages de la Silicon Valley (un jeudi à 14h!) dont nous nous échappons pour un arrét burger et shopping dans un outlet. Il fait 105° sur le parking, on fond.

Nous repartons vers Monterrey et rejoignons l'Highway 1 qui longe la cote sur 400 miles jusqu'aux fameuses plages LA qui nous attendent pour mes derniers jours ici...

Monterrey nous semble hospitalière mais poursuivons notre route vers le Sud. Nous frolons Peeble Beach (alors qu'on avait 2 beaux SW de golf dans le coffre..!) pour entrer ds la région de Big Sur aux relents d'Ecosse, d'Irlande ou de Bretagne...

C'est d'abord sous le soleil que nous abordons ces reliefs escarpés, ses arbres torturés par les vents, une flore sèche, qui me rappelle la route azzemouri. Après une heure de “scenic road” agréable, un léger brouillard apparait. D'abord anodin et source de visions pittoresques (iles cotières dont la moitié supérieure est cachée dans les nuages), cette brume se densifie à en devenir opaque. On ne distingue que la voiture de devant et les abords de la route qui se dévoilent progressivement, toujours dans un style de links écossais...

Après quelques heures sous un ciel définitivement gris, nous faisons une halte dinatoire a San Luis Obispo. Nous arrivons pour la fin d'une fète communale et interceptons de justesse un stand de BBQ avant sa fermeture. Nous dégustons des ribs grillés à la chinoise assis sur le rebord du trottoir, au milieu des exposants qui rangent et des derniers fétards. Décus par cette ville qui s'éteint sous nos yeux à 21h, nous remontons en voiture et repartons avec l'ambition de dormir a Santa Barbara.

Nous roulons à bonne allure et devisons plaisemment, nous delectant l'un l'autre d'anecdotes insolites, d'histoires pétillantes, d'expériences personelles, de récits grivois ou délicieux... Quand apparait brutalement dans les phares de Tom un cerf, ou une biche (un quadrupède c'est certain)! En pleine voie de circulation, l'animal est dressée, fixant vers nous qui arrivons à 80mph...

Tom le voit aussi, vire d'un coup à gauche; contre-embardée reflexe qui nous ramène vers l'animal dont la téte vient se fracasser sur notre retroviseur avant droit qui explose bruyamment.... Pas de choc violent ceci dit, la voiture oscille encore un peu et retrouve le centre de la route. Je tourne la téte vers Tom, incrédule et effaré, si heureux de m'en sortir comme ca...On s'extasie, se congratule, se raconte nos versions et émotions du choc, avant de se calmer et de respirer à nouveau...

On s'arréte quelques miles plus tard pour ne constater aucun dégat si ce n'est la destruction du rétroviseur et de minuscules impacts sur la vitre passager surement dus à l'eclatement du miroir...
Rien en comparaison de la peur ressentie...

Nous roulerons encore une demi heure pour dormir à Santa Barbara où nous nous délasserons de cette sueur froide “à la Haight Ashbury Special” et nous entre-féliciterons de notre survie (devant le premier tour du British Open; Tom Watson au départ du 10...).

A ce jour, on ne sait toujours pas ce qu'il est advenu de la béte...

Ju l'indien

Commenter cet article

gabo 24/08/2009 11:23

Pauvre biche... je m'étonne que vous ne vous soyez pas arrêté avant pour voir l'état de l'animal ! Heureux de te savoir en vie ! Bises l'ami