Une petite sattouferie

Publié le par hen al'

Je vous ai déjà présenté ma petite ville de la région lyonnaise : 5 000 âmes, des terrains de plus en plus chers, une expansion du village qui le fait tendre vers la ville-dortoir. Ca reste un lieu de vie agréable, paisible…chose confirmée par le dernier journal de Communay qui titre en Une : « le nombre de délits a encore baissé ». Ce n’est pas étonnant, il n’y a pas de problème d’intégration ici, pas de malaise à exprimer, ne s’y installe pas qui veut, et les logements sociaux ne sont pas légion. Les délits ou incivilités sont plutôt perpétrées par des ados bien de chez nous. Est-ce pour autant le lieu de l’ouverture d’esprit et de la tolérance ? Ah ah, vous êtes malin, vous vous rappelez pour qui Communay a voté… Voici donc une scène restituée sans trucage, avec des personnages au cerveau saturé par TF1 :

 

 

 

Ca se passe mercredi soir, dans l’un des deux salons de coiffure. Je me fais masser le cuir chevelu par l’aide-coiffeuse. Le fils de la coiffeuse, d’une quinzaine d’années, s’ennuie et débagoule des billevesées sans trop réfléchir. Dans son monologue, il aborde le thème des « boites ».

 

 

 

« A Sérézin, y a un club, c’est le Space. T’sais pourquoi y s’appelle comme ça ? parce qu’y yavait que des Pèd’ d’dans […] mais maintenant, ça craint trop, y a trop de rats !!! »

 

 

 

Sa mère s’arrête net, lève les yeux vers moi, puis demande confirmation à son fils :

 

 

 

            -Qu’est-ce que c’est des rats ?

            -Ben…des racailles.

-Oui, eh bien…Tu sais, ça va qu’on est entre nous… [elle relève les yeux vers moi] Mais il ne faut pas dire ça !  Parce que moi, je ne veux pas me retrouver avec une bombe dans mon salon !!!

Publié dans Société

Commenter cet article

Ju l'indien 11/07/2007 10:59

Huuuge...Je ris en lisant ca mais je me demande si je ne devrais pas pleurer...