A few thoughts from the trading floor...

Publié le par Ju l'indien

02/7/07:
on est lundi matin, il est 7h45 et me voilá accompagnant celui qui sera mon patron pr les 2 prochains mois. Je viens de le rencontrer, c'est en effet mon premier jour. Nous échangeons qlq civilités ds l'ascenseur, bercés par une douce musique d'ambiance...Tt semble calme...
Une secousse me sort de ma douce léthargie: l'ascenseur s'arréte. Les portes s'ouvrent; mon boss me jette un regard condescendant, un coin de sa bouche s'est relevé en ce qui semble étre un sourire satisfait...
Devant moi, c le délire: des tables de 20 ou 30 personnes s'alignent á perte de vue, les télephones sonnent partout, nous passons devant une télé (il y en a une ts les 10métres) qui n'affichent que des graphiques aux significations obscurs, des groupes se forment et se séparent, ca discutent, ca rient, ca courent, des gens hurlent au téléphone, se lévent, gesticulent; les voix s'entremélent mais je distingue des mots anglais bien sur, mais aussi francais, italiens, espagnols, arabes, chinois...On parle ttes les langues ici, mais on parle communément d'argent...
Aprés 5 minutes de marche á slalomer entre les desks, mon boss me désigne le poste que j'occuperai cette semaine (son occupant habituel est en vacances aux maldives...un classique pr le mois de juillet apparemment).
Je m'installe ds un confortable fauteuil qui fait face á sept écrans d'ordinateur les uns sur les autres: l'emplacement d'un trader probablement. J'essaie de remplir chaque écran avec une application mais aprés Powerpoint, Excel, Outlook, Bloomberg, Facebook et iGoogle, je ne sais plus quoi ajouter...La honte.
En plus, je n'ai rien a faire, tte mon équipe m'a salué briévement avant de se replonger ds leurs tableurs et graphes dynamiques en me disant: "We'll deal with you later. Our time is more valuable than yours, mate". Sad but true...

11/07/07:
Ceci, c'était il y une dizaine de jour. Je me suis habitué depuis au brouhaha permanent, au coup de gueule et "hurray" de mon voisin "sales" (comprenez "vendeur de produits dérivés"), aux sons de cornedebrumes qui suivent les annonces des traders ds mon speaker. J'ai été déplacé sur un poste a 2 moniteurs d'ordi seulement (le trader est rentré tt bronzé des maldives; il s'est plaint d'y avoir croisé la plupart de ses collégues et clients!), et je comprends enfin comment fonctionne la console de communication qui est sur mon bureau.

J'ai un peu honte de faire partie de cette caste de banquiers suffisants mais, je reste fasciner par l'énergie ambiante que je ressens á chaque fois que je franchis la porte de cette salle de marché. C presque tangible; c éléctrisant, c doppant...
J'arréte la weed...La coca me semble plus adapté á cet univers londonnien...
Cheer up!

Publié dans Société

Commenter cet article

La Souss 27/07/2007 07:25

Lol la Jules, jadore comment tu romances la salle d RBS trop golriMais je comprend ca suit bien la ligne editoriale de ce charmant blog

Gabo 11/07/2007 18:55

Mais oui, mais oui ! il fait plaisir l'indien avec ses histoires, ca fait plaisir d'avoir d'autres contributions, surtout dans un registre bien différent, un univers cayenneux... Enzo, ton univers a toi ? une petite histoire...a bientot, ou plutot a dans longtemps j'ai l'impression... chili, pérou, corée, mexique, italie pour d'autres, afrique du sud, what else ? on consomme pas mal de carburant, mais c'est tellement fun...

hentaï 11/07/2007 18:09

le retour de l'iroquois, heehhheheeee! Excellent, on s'y croirait!d'autant plus sympa que je travaille dans une ambiance toute autre. Ca devrait faire l'objet de qqchose d'ailleurs...Et sinon, pour continuer dans les atmosphères électriques, tu as déjà fait le PMU?