Sarko au pays des merveilles

Publié le par hen al

Vendredi 20 juillet, le Premier Ministre britannique et Nicolas Sarkozy ont proposé une réduction de la TVA pour les produits verts. Mais pourquoi n’y avait-on pas pensé plus tôt ?

 

Pour restaurer les relations franco-britanniques, le Premier Ministre Gordon Brown et Nicolas Sarkozy ont cherché une proposition simple, populaire et non contraignante. Voilà ce qu’ils ont  trouvé : « proposer à nos partenaires européens que tous les produits écologiquement propres bénéficient d’une TVA à taux réduit ». C’est plein de bons sentiments, c’est tendance et ça permet de mieux avaler la pilule de la TVA sociale.
Pourtant, pas besoin de s’appeler Nostradamus pour savoir que cette « idée » restera un souhait irréalisable. Rappelez-vous Chirac annonçant la TVA à 5,5% pour les restaurateurs : elle n’a jamais abouti car il faut l’unanimité des membres de l’Union européenne pour les décisions fiscales. En supposant que sa force de conviction fonctionne sur tous les membres de l’UE, il faudra encore se mettre d’accord sur la liste des « produits verts ». le tabac biologique, c’est « vert » ? Sarkozy parle des « voitures qui ne polluent pas », mais une voiture « verte », ça pollue toujours plus qu’un vélo, donc les vélos sont concernés par la réduction fiscale ?...
Henri Sterdyniak, économiste chercheur à l’OFCE, relève une autre lacune de taille au projet qu’il qualifie de « folklorique » : la TVA ne s’appliquant qu’aux consommateurs finaux et non aux entreprises, elle ne crée aucune incitation à produire de façon plus propre. Alors qu’il existe un projet solide, incontestablement plus efficace et réalisable dans le cadre de l’Union européenne : la taxation des émissions de CO2 et autres polluants selon la logique du pollueur-payeur. D’abord, cette mesure fiscale crée une réelle incitation à produire en polluant moins. Et surtout, il est beaucoup moins contestable de déterminer ce qui pollue que ce qui est supposé être bon pour l’homme et l’environnement.
Il est vrai que se prononcer en faveur d’un projet environnemental  ambitieux et réalisable aurait été moins consensuel, et notre président avait prévenu qu’il ne croit pas spécialement aux théories économiques…mais peut-on croire aux théories sarkozystes ?

Publié dans Société

Commenter cet article

gabo 25/07/2007 10:39

la fin est innacceptable, ces deux dernières lignes sont mensongères, c'est pourquoi j'invoque le conseil du dub pour censurer immédiatement ces propos rebelles. PRAAA