Clichés

Publié le par Hen

Il est 15h, John Kifgrave pousse la porte de A La Bonne Heure SA. Il retient précautionneusement la porte avant qu’elle ne claque et réveille sa migraine latente. Hier, John a organisé une petite fête privée à l'occasion du divorce de son petit frère. C’était un mardi soir mais tout le monde invité (et même d’autres) ont répondu présent tant les sauteries de John sont réputées. Depuis le décès de ses parents, il n’a cessé de trouver de bons prétextes pour célébrer la vie fastueuse. L’argent hérité, dégoulinant de sueur, est converti en alcools, drogues et aphrodisiaques.

Aujourd’hui, il a quand même tenu à se rendre au travail, car son emploi du temps ne lui permettra pas d’y retourner avant la semaine prochaine. Et aussi parce que ça fait un moment qu’il n’ y est pas allé et que ça le changera. Béa, son assistante poly compétente, est sûrement déjà là depuis tôt ce matin. Quand elle aperçoit le visage marqué de son patron, elle le salue d’un gloussement radieux et s’élance vers lui à ce qui auraient été de grandes foulées si elle ne portait pas une micro jupe et des tétra talons. John plonge sa langue dans la bouche de Béa et déguste littéralement la fraîcheur de son haleine. Elle est vraiment pleine de qualités, il suffit de lui permettre de les révéler. Toute émoustillée par ce profond baiser, elle quitte l’office du chef en poinçonnant le parquet : « je vais vous faire un café Max Haavelar bien fort monsieur Kifgrave ! » lui hurle-t-elle du bureau d’à côté. Une fois installé dans son siège, le PC allumé et la tasse de café fumante, John se souvient du travail auquel il avait pensé et qui l’avait poussé à se rendre jusqu’à la boîte : il avait eu une pulsion créatrice en se levant ce matin. L’idée novatrice n’était pas encore bien définie, mais l’envie y était. Cependant, une fois devant l’ordi, il n’a soudain plus le goût, en tout cas pas tout de suite, et préfère entamer la journée doucement en surfant sur quelques sites diffusant gratuitement des petites vidéos X amateurs. C’est la meilleure façon de démarrer et de conclure une journée de labeur : ça accélère l’éjaculation, intensifie le plaisir et, dans les bons jours, ça l’aide même à contenter virilement son assistante, ou une autre. Mais pour pouvoir s’accorder ce petit break de début de journée, sa conscience professionnelle lui impose au préalable de déléguer la réalisation de son projet innovant.

Bertrand Quile et Constant Louse feront un bon binôme. Constant a les cheveux rares, raides, gras et constellés de pellicules. Ses lunettes à grosse monture carrée lui dévorent le visage sans dissimuler ses soucis de purulence dermique. Constant n’aime pas spécialement travailler et Bertrand n’est certainement pas son meilleur ami. Mais à A La Bonne Heure SA, on lui permet de s’enfermer dans son bureau, d’y dormir et de ne communiquer que par MSN. C’est tout ce qu’il souhaitait : pouvoir éviter de souffrir, c'est-à-dire pour lui d’éviter d’être en contact direct et prolongé avec le genre humain. Ses domaines de compétence – l’archivage et la maintenance du réseau informatique interne – lui permettent de conserver son mode de vie moyennant un peu d’organisation.

Bertrand Quile a beaucoup de cheveux,longs et frisés, le bas de son visage est recouvert d’une épaisse couche de poils et il écoute souvent –à l’aide d’un gros casque audio, des enregistrements de clapotis de rivières en crue ou de chuintements des vents sur les cimes de montagnes. Il ne jure que par la Nature : sa lenteur sereine, son équilibre, sa justice désintéressée. Il a obtenu que l’on démolisse toute la cloison de son bureau qui donne sur l’extérieur, et qu’on la remplace par une immense baie vitrée. Il a ensuite lui-même percé de petits trous dans la vitre pour combattre l’atmosphère climatisée et polluée par les émanations des imprimantes.

John tente de joindre Bertrand par téléphone. Personne ne répond. Eh oui, Bertrand avait stipulé dans son contrat de travail qu’il pourrait se libérer de ces obligations professionnelles aussitôt qu’un barrage évacue une crue ou que la météo prévoit l’arrivée d’une tempête sur un massif montagneux. Or, Evelyne Dhéliat avait bien annoncé « de fortes rafales sur tout le quart sud-est, notamment les Alpes du sud ». John Kifgrave interrompt le chargement de la video de « Alicia gets nailed in both holes » le temps d’envoyer un message instantané à Constant :

« Salut Constant,

 j’aimerais que tu te penches

sur un projet innovant et impactant

merci d’avance

;-) @+ »

John n’a plus qu’à cliquer sur Send et Constant se mettra sans délai au travail. Car ce dernier se doit d’être réactif pour protéger son bonheur : plus le travail est vite et bien fait, et moins on le surveillera, moins on lui demandera de travailler en équipe. Malheureusement, la fenêtre de MSN reste insensible au click de la souris. John reclique trois ou quatre fois d’impatience, une nouvelle fenêtre s’ouvre et dévoile l’opulente poitrine d’une énorme mère de famille, une « horny MILF waiting for ur cum ». John réagit immédiatement et appelle son assistante pour que l’érection soit rapidement maîtrisée.

Publié dans Société

Commenter cet article